explicitClick to confirm you are 18+

Covid-19 fabriqué dans un laboratoire ? Demandez à Gilead et Baric.

MacKenzieOct 11, 2020, 7:18:33 PM
thumb_up2thumb_down

La question des origines du nouveau coronavirus est facile à répondre : quelle est sa première identification scientifique connue ? Quelle est la première citation avec un minimum d'attributs caractérisant sa structure et quelle est la date de ces observations ?

La modélisation bio-informatique sophistiquée de l’histoire évolutive possible du Corona est totalement hors de propos sans ces informations, et « l’opinion d’expert » ne sont que des balivernes sans espoir. Une citation et une description sont tout ce qui est pertinent . 

La raison d’être de tous les scientifiques ambitieux est d’être le premier à découvrir quelque chose, une nouvelle planète, une nouvelle particule, une plante, un insecte, un virus ou la géométrie de la poussière. 

Chaque doctorat sur la planète rêve d'être l'auteur principal d'un article publié par Nature décrivant l'ADN, l'ARN, la physiologie ou les habitudes de telle ou telle amibe, bacille ou nouveau polymère chimique jusque-là inconnu, la récompense étant un prix Nobel et l'obtention d'un cratère, ou un insecte pour porter son nom de famille. 

En 2015, des scientifiques américains, principalement de l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, travaillant avec des collègues de Harvard et Wuhan, la FDA américaine et le géant américain de la biopharmacie Gilead Sciences ont manipulé ce qui semble être le coronavirus actuel. 

Ils ont publié leurs résultats dans un article de 2015*. Aucun travail avant cet article ne documente le nouveau coronavirus actuel avec ses Orthologues du VIH révélateurs de la furine. 

Sauf preuve du contraire, il devient un fait que la « découverte » du virus qui cause Covid-19 est attribuable à ce groupe de chercheurs. 

Ralph S. Baric était l'un des co-auteurs de l'article dans lequel il décrit sans aucune inhibition comment il a pris ce qui semble être une souche naturelle d'un virus de chauve-souris et a modifié ses propriétés avec les souches du VIH. 

Actuellement, le laboratoire homonyme de Baric, connu sous le nom de «Baric Lab», revendique la responsabilité directe du développement du médicament anti-Corona Redemsvir de Gilead (via Timothy Sheahan) sur la base d'une collaboration qui a débuté en 2015 entre Gilead et Baric, lorsque l'équipe de Baric a non seulement créé le virus, mais a parlé de son possible saut des chauves-souris aux humains, et un an plus tard en 2016 a mis en garde contre le danger inévitable que la nouvelle souche virale représentait pour les humains. 

Depuis la publication de l'article original de 2015, Baric avait collaboré avec Gilead Science sur toutes ses recherches sur les coronavirus.  

Le virus de la chauve-souris que Baric avait manipulé dans le travail de son équipe en 2015 a été fourni par une équipe de scientifiques chinois qui a affirmé sa découverte dans un article de 2013 sur Nature. 

Tous étaient des employés du Center for Emerging Infectious Diseases de Wuhan, en Chine, et leur souche de coronavirus d'origine semble manquer des molécules dangereuses dérivées du VIH qui rendent le virus actuel si dangereux et qui n'apparaissent que dans les travaux de Baric en 2015. 

L'article de Baric a admis que « nous avons généré et caractérisé un virus chimérique exprimant le pic de coronavirus de chauve-souris », ce qui en fait le mutant qui ravage les nerfs et les psychés fragiles de la planète. 

L'article original de Baric en 2015 se vante ouvertement de l'utilisation par Baric d'un

 « Pseudo virus basé sur le VIH » cultivé pour manipuler la souche originale de Wuhan, renforçant encore le fait que le travail de Baric en 2015 était la première identification publique du nouveau coronavirus actuel. 

Comme l’a noté un expert d’Internet sur la question du rôle de Baric dans la création du nouveau coronavirus, quelles sont les chances que la nature ait attendu 4 millions d’années d’évolution pour rattraper quelque chose de fabriqué dans un laboratoire il y a quatre ans ? 

Jusqu'à ce que les scientifiques, les experts ou les autorités puissent démontrer que la souche actuelle du nouveau coronavirus a été identifiée avant la manipulation de Baric en 2015, qui impliquait l'introduction de sites de clivage de la furine sur la glycoprotéine orthologue du VIH ajoutée à une nouvelle souche du coronavirus, il n'y a pas de lambeau de preuves que le nouveau coronavirus dans sa forme infectieuse actuelle a émergé naturellement, suivant les lois de l'évolution, d'une population hôte de chauves-souris ou d'espèces de vecteurs intermédiaires. 

En tant que tel, une partie de sa complexité et de ses comportements imprévisibles relèvent du domaine de la sélection artificielle, avec laquelle l'humanité a peu d'expérience dans le domaine épidémiologique. 

La pathogénicité de Corona reste déconcertante et incompréhensible, alors que la compréhension des réactions immunitaires des gens n'en est qu'à ses débuts. Aucun gouvernement ne s'est soucié des tests sérologiques des asymptomatiques et des moins de 30 ans. 

Étant donné que les anticorps ne sont pas nécessaires pour obtenir une immunité contre le virus, la seule mesure possible de l'immunité collective aurait été un test de population d'échantillons randomisés dès le début de la pandémie. 

Pas un seul gouvernement n'a effectué de tels tests de bon sens, et par conséquent, les pays qui imposent des verrouillages et le port de masques sont pour une mauvaise surprise. 

Sans virulation naturelle à l'échelle de la population, ils sont coincés avec des politiques qui exacerbent la virulance de Covid, et entraîneront une mortalité accrue une fois qu'ils ne pourront plus être maintenus, rejoints par une question personne (!) a posé des questions sur la relation entre le traitement et l'immunité. Est-ce que divers antivaraux, antigrippaux et divers médicaments préviennent, améliorent, augmentent ou bloquent l'immunité des patients ? Un traitement précoce à la chloroquine le prévient-il ? Facilite-t-il son émergence ? 

Un média vicieux qui répand la peur et l’hystérie nuit au moral de tous. Confiné dans des espaces clos, dépourvus de socialisation naturelle, confronté à des mesures policières répressives de la part de forces de police frustrées, stressées et sans laisse, le système immunitaire des gens faiblit de manière à affaiblir, plutôt qu’à renforcer notre besoin inévitable de se soumettre à un virus dont se cacher n’est qu’un simple report. 

Le retrait de nombreux médecins de la consultation en personne, souvent expliqué par l'âge des praticiens, signifie que pour la première fois de l'histoire, les victimes de diverses maladies, dont la grippe, la pneumonie et le covid-19, sont laissées à elles-mêmes, à moins d'atteindre un état critique auquel le moment où un voyage à l'hôpital équivaut à une visite tous frais payés à une morgue est considéré comme un traitement médical « approprié ». 

La lâcheté des médecins en dehors de la pratique hospitalière (dont beaucoup fuiraient également s'ils le pouvaient), ainsi que des politiciens dont les politiques exacerbent cette lâcheté dans les populations tant professionnelles que générales, suffit à expliquer la divergence massive des décès entre des pays comme l'Allemagne, où les médecins privés restent accessibles au grand public et voient leurs patients en face à face, et des trous de merde comme la France, où les toubib (noms communs de médecins à Paris) ont fui vers leurs résidences de campagne. Les médecins américains ont réagi à la fois à la manière allemande et française, ce dont les résultats inégaux du pays dans la lutte contre Covid-19 sont un témoignage. 

Les symptômes persistants de Covid-19 après la sortie de l'hôpital indiquent également une sélection artificielle plutôt que naturelle. 

Les cas de décès après la sortie, où les tests sur écouvillon étaient négatifs par effet corona, sont le résultat d'un traitement mal adapté à l'hôpital, tandis que d'autres résultent de dommages permanents causés par Covid-19. 

En Asie, où certains cas de réadmission pour Covid-19 se sont produits, l'image de la réinfection potentielle est brouillée par l'incohérence des protocoles de test, notant que les échantillons nasopharyngés sont les premiers à montrer l'absence de Covid-19, tandis que le sang et les matières fécales démontrent sa persistance. Corona dure le plus longtemps dans les intestins et la matière fécale, mais elle peut y être biologiquement inactive. 

La réadmission n'indique probablement pas une réinfection, mais une incohérence dans la technique de test et la possible incurabilité des symptômes, dont beaucoup peuvent être liés accidentellement au Covid-19. 

Les détails de la persistance des symptômes de Covid-19 après la sortie de l'hôpital (c'est-à-dire l'isolement de l'ARN Corona chez les patients) Ce n'est pas quelque chose que les pays asiatiques partagent avec le monde, démentant le manque de liberté des médias dans les populations asiatiques, ou le manque de compétences linguistiques parmi les journalistes et rédacteurs en chef occidentaux. 

Les pages Reddit, plutôt que les journalistes, les dirigeants, le système de santé robuste et les médecins actifs, sont devenues la bouée de sauvetage pour les patients en convalescence face à une réalité de la maladie ignorée par un média obsédé par la mort et des politiciens malchanceux

Les études universitaires n'ont pas encore apaisé ceux qui, deux mois après que les médecins ne détectent plus de corona dans notre mucus, sont encore partiellement invalides de ce qui était des cas d'infection prétendument « modérés ». 

Il n'existe pas une seule étude décrivant le processus de récupération, ni une analyse statistique des récupérés. Ce sont Reddit et d'autres communautés de soutien générées par des patients qui donnent de l'espoir sous la forme de bromures anecdotiques « ne vous inquiétez pas, vous finissez par le perdre ». 

Sans un accès régulier aux médecins et aux professionnels de la santé, des populations entières doivent se débrouiller seules, avec au mieux des informations trompeuses provenant des autorités qui, on ne saurait trop insister, poursuivent des politiques pandémiques qui, à moyen terme, entraîneront de plus grandes difficultés et la mort. 

Covid-19 est déroutant sur l'immunité, la transmissibilité et la persistance, et sa pathologie, dans la sensibilité des athlètes haut de gamme aux infections sévères ne fait pas exception. 

Les infections chez les individus en bonne santé ou athlétiques oublient souvent les antécédents d'utilisation de protéines et de stéroïdes, ainsi que le fait que les athlètes haut de gamme ne sont techniquement pas des individus en bonne santé tout au long de leur vie. 

À 40 ans, la plupart souffrent de maladies chroniques masquées par la médecine du sport pendant les années de pointe. 

La marijuana, le vapotage et une multitude d'autres habitudes peuvent contribuer à de mauvaises réactions immunitaires chez des personnes par ailleurs en bonne santé, bien qu'elles entraînent rarement des décès, comme des comorbidités dont l'obésité ( pas seulement le diabète !) - est une maladie du mode de vie choisie par les individus, les industries et les gouvernements 

Le penchant des personnes par ailleurs intelligentes à confondre les décès au travail avec l'infection au travail révèle la décrépitude de l'intelligence lorsqu'ils sont privés de stabilité émotionnelle.

Ce n'est pas parce qu'un employé de magasin ou un policier est décédé qu'il a été infecté au travail. 

Les cas les plus graves de Covid-19 proviennent de parents dans un cadre domestique, suivis d'une exposition à l'hôpital. Beaucoup meurent au travail ou sont déclarés morts au travail laissent derrière eux leur famille et leur partenaire, qui sont sans ambiguïté la source de leur infection. 

L'utilisation par les syndicats, les journalistes, les politiciens et les scientifiques en herbe et les étudiants en médecine qui ont échoué de ces décès pour marquer des points Twitter / Facebook est idiot.)

La capacité à résoudre la complexité du nouveau coronavirus est entravée par l'instabilité mentale des individus à QI élevé, par la lâcheté des experts et des populations en général, mais la manipulation en laboratoire et le statut chimérique en sont la cause objective. 

Les preuves indiquent la possibilité très réelle que le nouveau coronavirus ait été artificiellement greffé dans un laboratoire avec des molécules dérivées du VIH, et non soumis à la sélection naturelle. 

S'il avait subi des tests sur des corps de chauve-souris, de rat, de chien ou d'humain avant des expériences en laboratoire, sa pathologie n'aurait pas provoqué la pandémie mondiale. 

L’action de Gilead Science a grimpé de 8% en apprenant que son médicament conçu par le 

« Laboratoire Baric », le Redemsivir, présentait des résultats de test positifs dans les études hospitalières, même si son historique de test réel est pour le moins fragmentaire. 

Avec le Favipiravir et l'Avigan du Japon (tous deux fabriqués par Fuji), Redemsivir donne de faux espoirs aux marchés boursiers et aux grandes sociétés pharmaceutiques. 

Les trois médicaments sont efficaces pour l'utilisation préventive de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine, mais promettent de gros bénéfices pour les entreprises et ne nécessitent pas de systèmes médicaux fonctionnels, c'est-à-dire attrayants dans la situation actuelle où les patients ne peuvent pas accéder aux services des médecins généralistes (MD, c'est-à-dire « médecins »). 

Avec son penchant pour les références bibliques, ( Gilead est un mot tiré de la Bible - un baume, le « rachat » de Redemsivir sonne comme « Rédemption »… du moins pour les marchés boursiers ) Gilead n'a pas réalisé de profit pendant 14 ans, jusqu'à ce que Donald Rumsfeld en est devenu le président. 

Le secrétaire à la guerre de Bush n’a pas étudié la biologie à Princeton, mais il a siégé au conseil d’administration de Gilead depuis 1988 et avait près de dix ans d’expérience dans la direction d’une importante société pharmaceutique. 

Whitney Webb souligne un lien entre Gilead, Rumsfel et Philip Zack qui ont participé à d'étranges manigances avec l'anthrax dans la perspective de l'invasion de l'Irak. 

Le directeur financier actuel de Gilead a passé dix ans chez Lazard, où il gérait les investissements de la banque dans les soins de santé. Les principaux actionnaires sont Vanguard et Blackrock, avec une présence mineure de Renaissance Technologies où James Simons et Robert Mercers se sont affrontés lors de l'élection présidentielle de 2017 

Le conseil d'administration de Gilead comprend George Schultz, l'initié omniprésent de Reagan, secrétaire d'État et membre de l'institution néo-conservatrice Hoover de Stanford, qui envoie un deuxième membre du conseil d'administration de Gilead - John Cogan avec sa longue carrière de travail avec Schultz et d'autres présidents de l'USGOV. 

Les affirmations de Trump selon lesquelles la Chine avait produit le nouveau coronavirus dans une tentative infructueuse d'imiter une expérience américaine vient à la suite de l'arrestation par le FBI de plusieurs scientifiques chinois au cœur d'une collaboration entre Harvard et le même institut de Wuhan qui a fourni à Baric la souche originale de coronavirus sur laquelle il a effectué ses expériences en laboratoire.

Charles Lieber, responsable de la collaboration entre Harvard et Wuhan, récipiendaire de prestigieux prix médicaux en Israël, a également été arrêté par le FBI. 

L'espion / scientifique israélien Dany Shoham a été le premier à affirmer publiquement que Covid-19 était une attaque délibérée de la Chine contre l'Occident. Au début de 2000, Shoham a été le premier à répandre la propagande anti-Saddam contre le charbon. 

Shoham a récemment travaillé à l'Institut d'études et d'analyse de la défense basé à New Delhi, la ville où un scientifique indien a identifié pour la première fois une relation entre le VIH et le nouveau coronavirus. 

Voyant que les accusations de Trump contre la Chine sont propagées par le circuit des « faux médias alternatifs » d'Infowars et de Breitbart, et par les grands médias à guichets fermés dirigés par Fox, les accusations de Trump contre la Chine ont sans aucun doute un fondement dans la vérité. 

Parce que les scientifiques américains étaient à l'origine de la création du nouveau coronavirus en collaboration avec Gilead depuis 2015, une société qui commercialise désormais un médicament « miracle » Redemsvir, il est peu probable que les accusations anti-Chine de Trump manquent de preuves.

Comme pour tout gouvernement politique réussi, la Chine prendra la chute pour ce qui ne sera probablement qu'une responsabilité partielle, habilement manipulée par l'establishment de la politique étrangère américaine pour servir les intérêts de sécurité nationale de Trump. 

Les concessions sur le commerce, la politique internationale, dont beaucoup sont vraiment nécessaires, seront les coûts exigés d'un bureau politique manœuvré par la cour de l'opinion mondiale ; Wuhan, l'enfant de l'affiche de la Chine moderne, castration métaphorique de ses prouesses. 

La Chine a certainement joué un rôle dans la création du nouveau coronavirus, mais il est peu probable qu’elle soit plus responsable de la pandémie qui s’ensuit que Ralph Baric, ses collègues, Gilead Sciences et les agences de renseignement américaines. 

Certainement pas plus que des réponses politiques stupides, des médecins lâches, des ventilateurs surchauffés, la prédisposition hystérique des intellectuels, l'ignorance des masses grossières et le triomphe de l'État policier qui sont les véritables moteurs des décès de Covid-19. 

 

Source :  https://tsarfat.wordpress.com/2020/04/20/covid-19-made-in-a-lab-ask-gilead-and-baric/ …via @wordpressdotcom (Source: https://threader.app/thread/1314588816015937536)

*: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4797993/

Traduit par @SmacKenziekerr https://www.minds.com/smackenziekerr/