L'occidentalisme pose ses grosses couilles viriles et dit NON a ce genre de scènes insoutenables qui nous renvoient directement a l'age de pierre musulmique. Nous avons besoin de directrices des ressources humaines, de secrétaires a la con et d'assistantes sociales. Quiconque a vu travailler des femmes en entreprise sait que nous nous priverions d'une richesse infinie.

« C’est la coutume. Seuls les hommes sont à table, les femmes sont près du fourneau et de la cheminée, silencieuses, veillant à ce que les hommes ne manquent de rien et faisant la navette entre feu et table, l’oeil baissé, la mine soumise et le geste dévoué. Les épouses des clients arrivées avec eux ne prennent pas place à table, elles non plus, bien qu’on leur ait offert une chaise à côté du maître. Elles la refusent en riant : Pardi oui, que je vais m’asseoir, tandiment qu’il y a du travail ! je vais aller aider la patronne à faire son fricot, oui ! C’est ainsi. Elles serviront les hommes. Le père Tremblot ne se lèvera jamais pour aller chercher un plat, une fourchette ou un pain, mais c’est lui qui le coupera, après avoir tracé de la pointe de son couteau une croix sur le revers de la miche. Et c’est lui (ou moi, mais seulement sur son ordre) qui se lèvera pour chercher les bouteilles, les déboucher et verser. C’est lui aussi qui découpera la viande, debout, brandissant le grand couteau à trancher. Les femmes ? Oui, je les vois encore, prestes comme furets, muettes comme carpes, surveiller, diriger le déroulement du repas sans émettre un son, sauf pour répondre joyeusement aux plaisanteries des autres, et se dérobant discrètement pour rejoindre les autres femmes sous le manteau de la cheminée où elles bavardent à l’aise, l’oeil sur l’assiette des hommes tout en préparant le service suivant. C’est probablement cette attitude de nos femmes qui ont fait croire aux pignoufs modernes qu’elles étaient tenues en servage, et c’est ce qui fait dire tant de sottises aujourd’hui sur la condition féminine dans l’ancienne civilisation, mais tous ces jocrisses‑là n’ont jamais vu vivre un vieux ménage de ce temps, sans doute, et si l’on doit plaindre des femmes, ce sont les leurs, pauvres esclaves de l’usine ou du bureau ! » Henri Vincenot, La billebaude. 1978

12Upvotes
3Reminds
thumb_upthumb_downchat_bubble

More from FredericDanlevier

De ma petite expérience, je distingue assez clairement deux types de mecs: Ceux qui s'entourent de gens de niveau a peu pres égal ou supérieur et qui en profitent pour apprendre et s'améliorer, et ceux qui s'entourent de et ne gardent que les médiocres (qu'ils ont identifié) comme collaborateurs, pour ne jamais avoir a souffrir de remise en question de leur autorité et du bien-fondé de leurs projets, ou de leur position de #1 sur l'affiche. Le probleme du deuxieme, c'est que meme s'il évite les querelles "internes" et pense faire des économies d'énergie, quand il essaye de mettre en place des projets il dépend de gens pas tres fins, voire carrément des bras cassés, qui laissent des traces et des ouvertures partout et auxquels finalement il ne peut pas vraiment faire confiance, parce qu'ils sont incompétents. En plus, en se mettant en position de manipuler plus ou moins facilement tous ses collaborateurs, le mec se fait tout seul des films sur son niveau d'illuminatisme et de toute puissance. Le drame de l'auto-persuasion. Je ne vais pas vous faire de dessin sur la catégorie dans laquelle tombent des martial, pour n'en citer qu'un. Ne faites pas la meme chose. Acceptez de vous confronter a des gens qui ne sont pas des yes-men. C'est plus pénible, mais c'est plus solide.
899 views ·

J'attends avec impatience le démenti de martial en mode "c'est un canular".

919 views ·

More from FredericDanlevier

De ma petite expérience, je distingue assez clairement deux types de mecs: Ceux qui s'entourent de gens de niveau a peu pres égal ou supérieur et qui en profitent pour apprendre et s'améliorer, et ceux qui s'entourent de et ne gardent que les médiocres (qu'ils ont identifié) comme collaborateurs, pour ne jamais avoir a souffrir de remise en question de leur autorité et du bien-fondé de leurs projets, ou de leur position de #1 sur l'affiche. Le probleme du deuxieme, c'est que meme s'il évite les querelles "internes" et pense faire des économies d'énergie, quand il essaye de mettre en place des projets il dépend de gens pas tres fins, voire carrément des bras cassés, qui laissent des traces et des ouvertures partout et auxquels finalement il ne peut pas vraiment faire confiance, parce qu'ils sont incompétents. En plus, en se mettant en position de manipuler plus ou moins facilement tous ses collaborateurs, le mec se fait tout seul des films sur son niveau d'illuminatisme et de toute puissance. Le drame de l'auto-persuasion. Je ne vais pas vous faire de dessin sur la catégorie dans laquelle tombent des martial, pour n'en citer qu'un. Ne faites pas la meme chose. Acceptez de vous confronter a des gens qui ne sont pas des yes-men. C'est plus pénible, mais c'est plus solide.
899 views ·

J'attends avec impatience le démenti de martial en mode "c'est un canular".

919 views ·