914 views

De tous les sujets pertinents pour nous, sujets tabous/occultés/niés et sur lesquels la pilule rouge est synonyme de prise de conscience, la question des relations H/F ou question femme est le plus ingrat. C'est un sujet sur lequel on se donne énormément de peine pour très peu de gains. Et pourtant, c'est un sujet fondamental. Le sujet certainement le plus occulté aujourd'hui, y compris parmi nous. Les gens se sont redpillés par rapport aux boucaques. Ils se sont redpillés par rapport aux juifs. L'impossibilité technique de la version officielle du 11 septembre ou des 6 milliards est bien connue. Mais quand il s'agit des méfaits de femmes, tout d'un coup, tout le monde ou presque se tait. Y compris dans "nos milieux". Vous vous ferez des amis en disant que les boucaques violents sont violents, que les juifs intrigants font des intrigues, mais évoquez une manipulation ou une indignité commise par une femme et les mêmes qui étaient redpill sur les juifs ou les boucaques lèveront leurs boucliers contre vous. Autant les hommes se sont défaits de leur surmoi antiraciste ou suceur de juifs gazés, autant le syndrome du white knight reste puissant. Instinct protecteur de la Femme Blanche™ ? Pudeur mal placée ? Virilité ou ego fragile qui craint de s'avouer vaincu ou faible rien qu'en reconnaissant que les relations hommes-femmes sont un sujet sérieux ? Besoin pathologique d'être reconnu ou validé par des nanas ? Confusion entre droits et intérêts légitimes d'une femme et féminisme (c-a-d ultra-misandrie) ? Quelles que soient les causes, le fait est là. Les hommes qui disent que le sujet n'est pas important le fuient. "Oh, c'est un sujet léger..." "Oh, c'est une marotte..." "Oui mais bon..." Attitude d'évitement typique de qui a peur de la confrontation. Mais confrontation avec quoi ? Avec leur propre surmoi misandre et philogyne, ces mecs ont internalisé leur oppression par le féminisme tout-puissant, et avec l'isolement social. Les mecs s'inventent tous des vies ou évitent le sujet pour occulter leurs déboires universels. Personne n'ose dire que l'impératrice est nue. Or, nous aurions bien besoin de spécialistes de la question femme. De gens qui prennent le temps d'analyser les dynamiques de pouvoir. Les nanas ont un pouvoir démesuré, mais aucune responsabilité à assumer, et ça reste comme ça parce que très peu d'hommes prennent la peine de le mettre en exergue et d'en parler. Certains qui sont "de notre bord" se plaignent que la manosphere attire trop de métèques ou se gaussent d'hommes qui, après avoir eu le courage d'aborder la question femme en public, "vrillent". Ces mecs-là ne se rendent même pas compte à quel point ils sont coupables, alliés de fait du pire féminisme misandre, et responsables de la situation actuelle. Pourquoi la manosphere attire des métèques ? Parce que malgré leur QI limité ces gens sont moins hypocrites, moins grégaires, peut-être un brin plus virils que jean-larbin qui s'humilie devant le premier vagin venu. Parce que les métèques qui y sont se bougent un peu le cul, se confrontent à la question, alors que les Blancs non. Vous en avez plein le cul que l'Observateur soit un maghrébin ? Vous reprochez à Julien Rochedy d'être libanais ? Eh bien FAITES MIEUX QU'EUX ET ÉCLIPSEZ-LES. Pourquoi, parmi les mecs qui admettent l'existence de la question femme, qui n'ont pas peur d'en prendre conscience, certains vrillent ? Parce qu'ils se retrouvent dans une solitude que même les révisionnistes ou les "nazis" les plus grillés ne soupçonnent pas. Parce que très, très peu de gens te suivent sur ce terrain, très peu te défendent, et par contre beaucoup vont exhumer sans vergogne ta vie intime et tes misères imméritées pour te piétiner devant la Terre entière. C'est comme si on vous sortait vos intestins du corps sans anesthésie et que vos "camarades" méga super nazis 1488 faisaient comme si ça n'existait pas ou renchérissaient en mode "bah de toute façon c'est un peu un incel quand même donc il mérite de se faire arracher les intestins"... Le plus dur là-dedans n'est pas la torture psychologique et sociale commise par les féministes mais l'absence de solidarité de la part de tous ces cucks, qui ont peur de se confronter à la question femme. C'est pour ça que des mecs vrillent. Parce que pour supporter la solitude absolue, il faut une force d'âme incroyable. Pour supporter une stigmatisation presque comparable à celle du Christ, il faut être absolument déterminé, sûr de soi, avoir un sens moral hors du commun, se récupérer après tous les moments de doute. Jamais un cuck n'a vécu ça, et c'est peut-être la perspective de cette "nuit noire de l'âme" qui fait peur au cuck. Mais ce faisant, c'est lui-même qui la provoque. Car si les hommes pouvaient compter un peu plus les uns sur les autres, il leur serait beaucoup plus facile de prendre la pilule rouge là-dessus et de contrecarrer ensemble les nuisances du féminisme au lieu d'être chacun dans sa merde. Un exemple : la tranche de vie abordée au début du dernier DP (S05E38). L'homme qui a raconté cette tranche de vie la raconte parce qu'il a globalement dominé les situations dans lesquelles "sa" nana le jetait. Impressionnant physiquement, il ne s'est jamais fait sérieusement embrouiller. Et la fille, il a réussi à retourner son jeu contre elle, puis à s'en défaire apparemment sans trop de dégât. L'homme raconte ça parce que ce récit lui permet de garder la face. L'Observateur aussi raconte des tranches de vie où il s'en est bien sorti face à des "challenges" sociaux et à des shit tests. Mais quid des hommes qui n'ont pas ce genre d'avantages ? Tout le monde n'est pas et ne peut pas être baraqué. De même, on n'a pas à supporter des embrouilles permanentes dues au fait que les femmes peuvent faire n'importe quoi, créer des embrouilles, tromper, aguicher, diffamer en toute impunité. On devrait pouvoir reprocher à une nana ce genre de comportement et avoir les gens de son côté. On devrait, si on se fait défoncer par des sales métèques aguichés par une pute, pouvoir en parler et avoir la solidarité, l'empathie, la compassion des gens, pas des airs gênés ou el famoso "té 1 incel". Certains pensent que la violence métèque obligera les nanas à choisir entre un protecteur blanc ou un protecteur métèque. Autrement dit, que l'impératif charia (marron ou blanche) effacera miraculeusement des décennies de toute-puissance féministe. J'aimerais qu'ils aient raison. Mais je n'y crois pas. Les mecs qui ne se confrontent pas consciemment à la QF se feront victimiser par les nanas tôt ou tard. Et les mecs qui ont compris la QF mais restent dans le pur égoïsme individualiste et refusent toute solidarité masculine/blanche finiront probablement par se voir demander des comptes, un jour, de façon peu amène.

thumb_up14thumb_downrepeatchat_bubble4