3.48k views
play_circle_outline

Je focal' là dessus parce que non seulement ça me bouffe de voir une belle blanche se faire supprimer par un sale nègre mais également car j'ai personnellement connu une Victorine et cet évènement marquant a fortement contribué à ma transition idéologique... Dans mon établissement scolaire se trouvait une belle Française, aussi belle que sympathique qui a malheureusement vécue sa "transition à la Française", façon Sandy dans Grease, celle ci est passée de l'Aryenne joueuse de piano à la pute à crouille en bombers noire, le tout en l'espace d'un été. Faut savoir qu'il y a une usine faisant office de transition entre l'enfance et l'age adulte, cette usine se nomme la France et contribue à changer irrémédiablement chaque enfant blanc passant de l'enfance à l'age adulte en un produit de synthèse juif. Je la voyais donc "évoluer" de loin, elle ainsi que mes petits camarades ayant troqué la canne à pêche pour une barrette en me disant que ça tout ça sentait le roussi... Un jour, dans un bus dans lequel nous nous trouvions elle et moi, emporté par la testo montante typique de l'ado à duvet ainsi que du Rock Emotive type Aerosmith dans les oreilles et un apéro dans le nez, je suis allé la voir pour me la jouer Pascal le Grand frère en lui disant dans le blanc des yeux "fait attention à qui tu fréquentes". Je pensais qu'elle m'aurait rétorqué un truc dans la trempe des blanches mimeuses de crouillettes mais celle-ci m'a répondue, à demi honteuse, quelque chose comme "oui je vois ce que tu veux dire" (un truc dans le genre, je ne m'en souviens plus très bien). Quelques années après avoir effectué mon propre white flight, le cul sur une chaise de la bibliothèque Gabriel Roy à Québec, je lisais les nouvelles Françaises au point d'en rire parfois. Ce jour là, le visage de la concernée figurait sur le groupe facebook de ma ville et entre deux faits divers dans le journal régional. "Une jeune femme atrocement tuée blabla". Aucune mention dans le journal national, une marche blanche et au suivant... je ne peux pas mentionner les détails précis de l'histoire pour préserver mon anonymat mais il faudra noter que cette nana s'est fait buter dans des conditions atroces, disons Daeshienne et en plein jour et pleine ville. Nous sommes en 2020 et l'affaire est désormais considérée comme un "cold case" (affaire classée) et son nom n'est même plus "googlable". Gardez en tête que si les services ont mis les bouchées doubles pour retrouver l'auteur du meurtre de Victorine, c'est bien parce que l'affaire a été médiatisée. Sans quoi le bataillon d'enquêteurs chargés de l'affaire ainsi que la police scientifique au garde à vous en aurait rien à branler de l'enième blanchette sommairement executée par un boukake en rute.

thumb_up55thumb_downrepeat10chat_bubble9